Cigéo en chiffres

3%

des déchets nucléaires produits en France seront stockés à Cigéo

Il s’agit des déchets de haute activité (HA) et des déchets de moyenne activité à vie longue (MA-VL). Ils resteront hautement radioactifs pendant plusieurs centaines de milliers d’années. Les autres déchets, moins radioactifs, sont stockés dans des sites dédiés en surface pour la grande majorité.

En savoir plus sur les déchets stockés à Cigéo.

85 000 m3

de déchets seront stockés dans les galeries souterraines

Cela représente 75 000m3 de déchets de moyenne activité à vie longue et 10 000 m3 de déchets de haute activité. Plus de la moitié de ces déchets sont déjà produits, notamment pour la production d’électricité, et entreposés en attente de la création de Cigéo.

En savoir plus sur le fonctionnement de Cigéo.

Vue en 3D du futur centre de stockage profond

2035

La date à laquelle devrait être mis en service Cigéo

Si la demande d’autorisation de construction est acceptée, Cigéo devrait être mis en service vers 2035. Pour répondre à une demande exprimée dans les débats publics, le site fera auparavant l’objet d’une phase industrielle pilote d’une dizaine d’années dont l’objectif est de tester et vérifier le bon fonctionnement des installations.

En savoir plus sur les grandes étapes du projet.

25 Mds d'€

Le coût du projet

Il s’agit du coût objectif du projet de stockage géologique profond, Cigéo, arrêté en 2016 par le ministère en charge de l’environnement. Afin de ne pas reporter la charge financière de ce centre sur les générations à venir, son financement est assuré dès aujourd'hui par les producteurs de déchets radioactifs. Ils doivent provisionner les sommes correspondantes dans leur compte et sécuriser ces dépenses futures en constituant des fonds dédiés à cet effet.

En savoir plus sur le financement de Cigéo.

100 ans

de durée d’exploitation

Le site sera en exploitation pendant un peu plus de 100 ans. La construction se poursuivra après que les premiers colis aient été stockés. L’ensemble des déchets radioactifs devraient être stockés vers 2150, Cigéo sera alors fermé et mis sous surveillance.

En savoir plus sur le fonctionnement de Cigéo.

5 trains

par mois pour acheminer les déchets

Les déchets seront très majoritairement acheminés vers Cigéo par voie ferroviaire. Pendant la phase industrielle pilote, lors des tests avec des colis de déchets, circuleront au début 5 puis 10 à 20 trains chaque année. Le flux s’intensifiera ensuite pendant la phase d’exploitation pour atteindre, au maximum, une moyenne d’environ 5 trains par mois. Les déchets venant du site du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de Valduc (Côte d’Or) arriveront par camions.

600 à 2000

emplois créés

Pendant la phase de construction, entre 1 000 et 2 000 personnes travailleront sur le site pour assurer la mise en place des installations. L’exploitation et la construction progressive du site quant à elles devraient permettre de créer 600 emplois durables. A noter qu’actuellement 360 personnes travaillent au centre de l’Andra en Meuse / Haute-Marne.

En savoir plus sur l’impact de Cigéo sur la Meuse et la Haute-Marne.

15 km2

pour les installations souterraines

C’est l’équivalent d’un peu plus de 2 000 terrains de foot. Au total, ce sont 270 km de galeries qui seront creusées à 500 mètres de profondeur.

Galerie du laboratoire souterrain de l’Andra en Meuse Haute-Marne
Galerie du laboratoire souterrain de Bure-Saudron © Noak/Le bar Floréal/Médiathèque IRSN

0,01 mSv/an

de radioactivité à proximité du site

C’est la quantité estimée de radioactivité rejetée à proximité du site pendant son exploitation. Selon la loi, les rejets radioactifs des activités nucléaires ne doivent pas dépasser 1 millisievert (mSv) par an. En comparaison, la radioactivité naturelle en France est évaluée à 2,4 mSv/an, elle est due notamment à l’exposition au radon ou aux rayonnements cosmiques.

 

Les notions clés pour comprendre

Radioactivité

La radioactivité est un phénomène physique naturel : certains atomes ont un noyau instable – appelés radionucléides – qui expulsent périodiquement des rayonnements sous forme de particules de matière ou d’énergie. Ces atomes sont présents naturellement sur terre, dans l’atmosphère, dans certains aliments… Ils peuvent être le fruit d’activités humaines utilisant les propriétés de la radioactivité (énergie nucléaire, médecine, recherche…) ; on parle alors de radioactivité artificielle. A forte dose, ces rayonnements peuvent représenter un danger pour l’homme ou l’environnement. 

Décroissance radioactive

Au fil du temps, les éléments radioactifs se désintègrent naturellement. C’est ce que l’on appelle la décroissance radioactive. Les déchets nucléaires ont donc une durée de vie, qui correspond à la période pendant laquelle ils restent dangereux. Les déchets dits à vie courte ont une durée de vie d’environ 300 ans. Les déchets à vie longue restent radioactifs pendant plusieurs centaines de milliers d’années. Ce sont ces derniers qui seront enfouis dans Cigéo.

Déchets de moyenne activité à vie longue (MA-VL)

Ces déchets ont un niveau de radioactivité moyen, mais ils restent radioactifs pendant une très longue période : plusieurs centaines de milliers d’années. Il s’agit notamment de résidus de structure métallique qui entourent les combustibles utilisés pour faire fonctionner les réacteurs nucléaires et de déchets issus du traitement des effluents comme certaines boues. Ces déchets sont destinés à être stockés dans Cigéo. 

Déchets de haute activité (HA)

Ce sont les déchets nucléaires les plus radioactifs. Ils ont une durée de vie de plusieurs centaines de milliers d’années. Ils sont essentiellement constitués des matières non valorisables récupérées après le traitement des combustibles usés. Ces déchets seront stockés à Cigéo. 

En savoir plus sur les déchets radioactifs stockés à Cigéo.

Colis de déchets

Les déchets radioactifs incorporés ou non dans une matrice (verre, béton, bitumes, …) sont conditionnés dans un colis, comprenant le déchet et une enveloppe. Cette dernière est en inox, pour les déchets de haute activité (HA) et en béton ou en métal pour les déchets de moyenne activité à vie longue (MA-VL). Avant leur stockage à Cigéo, ils pourront être conditionnés dans un conteneur de stockage.

Laboratoire souterrain de Bure

En 2000, l’Andra a débuté la construction d’un laboratoire souterrain à Bure. Cet outil de recherche est implanté à 490 mètres de profondeur et constitué d’un réseau de plus de 1 800 mètres de galeries. Il a permis d’étudier la faisabilité du stockage géologique dans la couche d’argilite de cette région. Aujourd’hui il est utilisé pour mener des études et essais nécessaires au projet Cigéo.

Réversibilité

Le parlement a demandé que ce stockage géologique, prévu pour être définitif, soit réversible pendant au moins 100 ans pour laisser aux générations futures la liberté de faire évoluer les choix de gestion retenus aujourd’hui. La loi de 2016 définit la réversibilité comme : « la capacité, pour les générations successives, soit de poursuivre la construction puis l’exploitation des tranches successives d’un stockage, soit de réévaluer les choix définis antérieurement et de faire évoluer les solutions de gestion ».

En savoir plus sur la réversibilité de Cigéo.